img_5003

Version 5

 

Atmosphère

 

Ainsi fut murmuré le zéro

dans l’abine de ma chambre

lorsque pendant des heures j’écrivis

comme une maniaque, un fou

Et quand je voulu voir il n’y avait

que mes propres yeux de fièvre

 

Et je sais que tandis que mon corps

tangue dans la voiture

brûlent les bords de la route

et monte une fumée noire

 

Et quand cette fumée noire

emplira l’atmosphère

je serai par-tout

 

Et si le zéro est silence

et le silence infinement muet

Le silence infini me pénètre

et m’expire

 

Je suis lumière

 

Je m’élève aux cieux comme saisi

par les épaules

et je flotte dans les airs

et je sens le souffle dans mes yeux

et je les garde grands ouverts

 

Et je vois le monde

Et je crie aaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaa

aaaaa!

Advertisements